“Piloter”

Sommaire du n°31

 

Novembre-décembre 2011


INFOS GENERALES

  1. -L'actualité du pilote de loisirs

  2. -Piloter en novembre-décembre

  3. -Bibliographie : lectures hivernales


DOSSIER

Green Flight Challenge

Organisé par la Cafe Foundation avec le support de la Nasa (1,6 million de dollars !) et Google comme sponsor, le Green Flight Challenge a eu lieu fin septembre-début octobre à Santa Rosa, Californie. Il s’agissait d’évaluer des appareils aux motorisations innovantes sur des circuits de 200 miles (320 km) à parcourir à une vitesse moyenne supérieure à 100 mph (170 km/h). Avec quatre machines présentes, toutes d’origine européenne (Allemagne, République tchèque), et seulement trois appareils officiellement en course, le challenge s’est résumé au final à deux prototypes à moteurs électriques : le Taurus G4 de Pipistrel et l’e-Genius de l’université de Stuttgart. Le récit d’une semaine digne des premières compétitions des temps héroïques au siècle dernier, avec une «nouvelle page de l’histoire de l’aviation»… Plus de 30 pages sur le sujet avec de nombreuses photos.


MAGAZINE

Reportage : Innovations tricolores

Dans l’Hexagone, les projets se sont multipliés ces derniers temps avec plusieurs appareils à motorisations électriques ou diesel : un CriCri bimoteur électrique, un CriCri quadrimoteur électrique, un CriCri à réaction avec un moteur électrique pour le roulage, une Luciole électrique et le premier hélicoptère à motorisation électrique à prendre l’air dans le monde. Il faut également citer le Greenelis et son moteur Mercedes CDI issu de la Smart. ! 8 pages sur ces différentes projets.


Essai : Van’s RV-12 ou Cessna 162 SkyCatcher

Deux Light Sport Aircraft (LSA) à l’américaine, évalués en vol à quelques jours d’intervalle. Le RV-12 est diffusé en kit par Van’s Aircraft, premier producteur de kits au monde. Le SkyCatcher est produit en Chine par Cessna Aircraft, livré clé en main avec déjà plus de 1.000 commandes enregistrées même si la production a pris beaucoup de retard avec seulement une centaine d’appareils livrés à cet instant. Entre les deux, deux philosophies différentes en terme d’architecture, de diffusion, de qualités de vol. 10 pages sur le sujet !


Reportage : L’Amérique du Sud en Nynja

Thierry Barbier poursuit son tour du monde en ULM avec cette fois le continent sud-américain parcouru aux commandes de son nouveau Nynja, parfois équipé de flotteurs pour faire escale au ponton. Son projet porte bien son nom (Les Couleurs de la Terre) avec un magnifique reportage photographique fait de superbes paysages survolés à basse hauteur. Les points forts du voyage, les coins à survoler, les informations pratiques sont précisés tout au long des 10 pages du sujet.


TECHNIQUE

Etude AOPA : comment faciliter l’accès au pilotage ?

Soucieuse d’améliorer le taux de réussite de ses membres élèves-pilotes - près de 70 à 80% des candidats à une formation au pilotage n’atteindraient pas un brevet outre-Atlantique - l’AOPA américaine a mené une étude auprès d’un échantillon de 1.000 élèves-pilotes actifs ou ayant déjà abandonné le pilotage, pilotes brevetés, instructeurs et dirigeants d’école, afin de mettre en valeur les facteurs en jeu et tenter d’améliorer le système. Si le coût de la formation fait partie des critères, il ne faut pas négliger la qualité de l’instruction, le plaisir de voler, le sentiment d’appartenir à la communauté aéronautique. Une étude qui suscite de multiples réflexions au moment où la FFA s’apprête à «plancher» sur l’aéro-club de demain alors que près de 25% de son effectif disparaît chaque année…


Ce jour-là : panne moteur en vrille à plat…

Lors d’un entraînement matinal en juin dernier, l’un des Cap-232 de la patrouille Marche Verte a rencontré un problème lors d’une vrille à plat simultanée de tous les appareils. Subitement, le pare-brise s’est couvert d’huile, limitant fortement la visibilité u pilote et annonçant un serrage rapide du Lycoming de 300 ch. Après avoir tenté de larguer la verrière, qui est restée bloquée en position ouverte avec de multiples battements, le pilote a réalisé un atterrissage forcé au milieu des cailloux, malgré l’aérodynamique dégradée par la verrière et en réussissant à ne pas passer sur le dos à l’atterrissage. La prise de décision a dû être rapide pour se dégager du dispositif, sortir de la vrille à plat, choisir un site d’atterrissage et réaliser l’approche car seulement 90 secondes se sont écoulées entre le début de la fuite et l’arrêt au sol du monomoteur de voltige…


soit 100 pages d’informations denses à destination des pilotes...

A commander en ligne en allant en page Commander.